Par Malaurie Lépine-Choquette
Éducatrice Petite Enfance

Une autre semaine remplie de péripétie vient de se conclure. Nous entamons la 2e semaine de travaux accélérés sur 3. Cette maison est remplie de (mauvaises) surprises, ou devrais-je plutôt dire « défis », pour être plus optimiste! J’en viens à me dire que ce n’est pas pour rien que j’ai choisi le nom « Aux 1001 découvertes » pour mon service de garde éducatif.

Des nouvelles des travaux

Les travaux du sous-sol vont bon train. Nous respectons les délais que nous nous étions fixés. L’électricité et l’installation des montants sont maintenant terminés, nous commençons donc la pose de gypse ainsi que les joints cette semaine. À l’extérieur, nous avons nivelé le terrain au meilleur de nos compétences avec la petite pelle mécanique de mon père. La surprise dont nous ignorions l’existence est que… Il n’y a PAS de terre à l’avant! Ce n’est qu’un énorme tas de roches! Nous n’avons donc d’autre choix que de confier notre aménagement paysager à des professionnels.

Retrouver une stabilité

À travers tous ces récents changements, les habitudes des enfants ont grandement été affectées. C’est la constance de la routine établie depuis leur naissance qui nous permet de diminuer leur anxiété, bien que toutes ces nouveautés puissent générer une source de stress. Au cours des journées, je favorise une activité en avant-midi en suivant un horaire de type « garderie » et j’instaure un climat qui favorise la relaxation en après-midi. Comme les travaux que nous effectuons sont souvent bruyants, il est plus difficiles pour les petites de bien dormir. Il arrive donc qu’elles soient plus fatiguées et maussades certaines journées. Il est important de se rappeler que cette situation n’est que temporaire, mais également de répondre aux besoins des enfants. En ces temps-ci, elles ont surtout besoin d’être rassurées!

Quelques astuces

-Intégrer les enfants aux tâches à effectuer : Je demande fréquemment à ma plus grande, Éléana 3 ans, de m’aider en m’apportant des objets ou encore en effectuant des tâches ménagères. Par exemple, elle utilise le balai de sa trousse de ménage pendant que je passe réellement le balai. Cela ralentit un peu l’accomplissement de mes actions, mais ça renforce son estime de soi. Elle se sent utile et cela accentue son sentiment d’appartenance à la nouvelle maison.

-Soutenir une routine constante : Sans que les heures de l’horaire soient les mêmes chaque jour, assurer une constance dans l’ordre des moments de la journée permet aux enfants de se créer des repères temporels. Comme ils ne sont pas tous en mesure de lire (autant les chiffres que les mots), c’est cette constance qui les rassure. Ils connaissent la routine et peuvent donc se préparer mentalement à ce qui s’en vient.

-Utiliser des repères temporels visuels : Pour soutenir davantage le point précédent, l’utilisation de repères visuels sécurise encore plus les enfants. À la maison, nous faisons usage d’un « time-timer » qui indique en couleur les minutes restantes. Par exemple : « Éléana, regarde bien le timer, il te reste 5 minutes pour jouer. Lorsque ça sonne, on range les jeux et on mange le souper. » Cependant, il est important de respecter cette consigne que nous fixons nous-mêmes. En rajoutant du temps ou en modifiant la consigne en cours de route, cela brise notre constance et les enfants y voient une incohérence. C’est à ce moment que l’opposition et les crises prennent place!

Au cours de cette deuxième semaine, nous poserons le gypse, ferons les joints et débuterons la peinture si nous avons le temps. Ce sera encore plus concret! En espérant que les informations partagées aujourd’hui vous soient utiles.

Bonne semaine à vous!

Malaurie 😊

https://natis.ca/dossier-ouverture-dun-service-de-garde-les-gros-travaux-commencent/


 

NP-001SL-PTR Le dossard réinventé avec pochette transparente

Restez à l'affût Inscription à notre journal de bord
Recevez nos plus récents articles, nos concours et nos nouveautés en primeur 1 à 2 fois par mois seulement