Par Nathalie Lizé

Toute cette belle aventure a débuté pour moi, en juin 1990. Enfin, j’étais finissante à la technique d’ éducation en service de garde ( c’est comme ça qu’on l’appelait  à l’époque). Diplôme en main, j’ai obtenu un poste dans le groupe des 2 ans. L’aboutissement de 3 ans de cours et de dur labeur qui se terminaient avec bonheur dans la garderie (maintenant centre de la petite enfance) où j’ai fait mon dernier stage.

J’étais la plus jeune, le bébé éducatrice de la garderie.  Je me souviens de ma nervosité et de ma peur de ne pas être à la hauteur. Cette crainte s’est rapidement transformée en amour pour ces enfants, ce quartier, ces parents et surtout cette belle équipe qui est la mienne. Je ne l’ai plus quitté depuis.

 

Le temps qui passe

C’est 30 ans de ma vie que j’ ai passé dans ce milieu devenu ma deuxième maison. J’ ai vu les générations se succéder, les parents changer et la clientèle se transformer. J’ai vu les programmes pédagogiques évoluer et je me suis adaptée. Il a fallu revoir mes interventions pour répondre aux nouvelles exigences qui, on ne se le cachera pas, sont de plus en plus grandes. De programmes éducatifs en programmes éducatifs, je me suis accrochée à ce qui m’importe le plus dans mon travail, les enfants et leur bien-être.

Jusqu’à maintenant, le programme éducatif avec lequel j’ai le plus apprécié travailler, c’ est le programme en vigueur aujourd’hui (février 2021). Le programme du ministère de la famille.

« Accueillir la petite enfance. »

https://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/publication/Documents/programme_educatif.pdf

Il est complet et respectueux des familles et des enfants. J’aime les valeurs qui y sont véhiculées.

L’énergie diminue, l’expérience compense

Si je comptabilise toutes mes années de service, je réalise que j’en ai passé plus de la moitié en tant qu’éducatrice. C’est fou comme le temps file.

Aujourd’hui  j’ai atteint la cinquantaine. Je n’ai plus l’énergie de mes 20 ans. J’ai des journées où mon âge se fait sentir davantage, des jours où je suis moins motivée. Je cours moins dans la cour et au parc avec les petits. Je laisse ça à mes collègues plus jeunes.  Par contre, j’ai un beau bagage d’expérience  qui me permet d’avoir un œil avisé et le recul nécessaire quand il le faut. J’ai développé une belle aptitude pour observer et comprendre rapidement les comportements des enfants et être à l’écoute de leurs intérêts.  La complicité et le respect des valeurs familiales viennent plus facilement aussi, avec le temps. On arrive à lâcher prise.  On est plus sûre de soi et on a davantage confiance en nos capacités et en notre instinct. Il faut bien que l’âge serve un peu!

 La passion reste

Je rit encore en entendant les mots rigolos de ces petits humains en évolution. Je prend encore plaisir à voir leurs yeux émerveillés devant une expérience scientifique, un livre sur l’espace ou des belles photos d’animaux. J’aime toujours entendre les petites voix des enfants chanter en chœur les chansons que je leur ai apprises. Ma passion pour ces êtres extraordinaires a résisté au temps. Je les aime vraiment du plus profond de mon cœur et je sais que cet amour ne me quittera jamais. Ils m’apprennent autant sur la vie que tout ce que je peux leur apprendre. Ils enrichissent mon quotidien et le remplissent de sourires et de câlins. Quand le sort s’acharne et nous fait passer des moments plus difficiles, quoi de mieux qu’un sourire sincère d’enfant pour retrouver un peu d’ équilibre. Voilà pourquoi  je reste en poste, au front, 30 ans plus tard,  dans mon super centre de la petite enfance.

La route qu’il reste à tracer

Il me reste encore quelques années à donner à ma profession. Il me reste aussi probablement quelques combats à mener. Je ne compte plus les manifestations, les rencontres syndicales, les grèves et les mobilisations auxquelles j’ai pris part. Parce qu’au-delà de mon travail d’éducatrice, vieillir en centre de la petite enfance c’est aussi travailler à faire avancer les conditions de travail. Préparer l’avenir de la relève, de celles et ceux qui seront là quand moi je n’y serai plus. C’est tracer la route pour les autres, pour que l’avenir soit le plus agréable possible.

A bientôt

Nathalie Lizé

Éducatrice en petite enfance et coach familial


Nouveau 

NA-021 Le napperon réversible et roulable avec pochette ustensiles

 

 

.

 

 

 

 

 

Inscription à notre infolettre

Vous recevrez nos plus récents articles de nos collaborateurs au blog Petite Enfance, nos concours, nos nouveaux produits ainsi que toutes nos offres exclusives. 

Abonnez-vous pour tout savoir